[./index.html]
[./actualite.html]
[./compagnie_genese.html]
[./compagnie_equipe.html]
[./spectacles.html]
[./galerie_photo.html]
[./presse_revue_generale.html]
[./presse_accueil.html]
[./contact.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Compagnie Sandrine Anglade
Le Monde Jeudi 13 mars 2003

Débuts en fanfare pour l'Angers-Nantes Opéra. Il fallait au moins deux nouvelles productions pour honorer ce mariage de raison qu'est la fusion des maisons d'opéra de Nantes et Angers. (...) Cette nouvelle production du Tour d'écrou, mise en scène de manière particulièrement inventive et intelligente par l'angevine Sandrine Anglade, ouvre la saison sous d'heureux auspices. Jeu de colin-maillard entre le monde des vivants et des morts par le truchement d'un triangle fait de pans de tissu mouvants. Rets délicieux, soyeux, ludiques, forêt où se jouent adultes et enfants, piège où se prennent les désirs, les peurs, les haines.  

Lire l'article..

Les Echos Lundi 10 mars 2003

L'union fait la force, et dans le monde de l'art lyrique plus qu'ailleurs. (...) L'Angers Nantes Opéra a des promesses à tenir, d'où le choix de ces deux ouvrages qui lèvent le rideau sur l'ANO. Du Tour d'Ecrou de Benjamin Britten, dirigé de manière très analytique par Neal Goren, Sandrine Anglade donne une vision ambigüe et troublante, souvent âpre et violente, accentuée par l'absence de décors, limités à un bouquet de rideaux longs et étroits censés figurer les divers lieux de l'action, lac compris. Très serrée, la direction d'acteurs, qui s'épanouit parfois en chorégraphie, tient le spectateur en bascule entre fantasmes et désirs, rêves inavoués ou cauchemars, sans ébaucher la moindre tentative pour résoudre l'énigme.     

  Lire l'article..
 
Le courrier de l'Ouest Samedi 8 mars 2003

L'opéra régional était inauguré officiellement hier soir, avec la première représentation du "Tour d'écrou" et des "Bonnes", au Grand Théâtre. C'est en présence de son excellence Franck Belfrage, ambassadeur de Suède en France et de Peter Bengtson, compositeur des "Bonnes", qu'avait lieu cette soirée de lancement d'"Angers Nantes Opéra" (ANO), accessible uniquement sur invitations. Dans l'assistance (somme toute assez clairsemée), on notait pour l'anecdote la présence du comédien Tcheky Karyo.
Avant que les premières notes de la partition du "Tour d'écrou" ne s'égrènent, il revenait aux officiels de "planter le décor" de cet opéra régional. Jean-Claude Antonini, maire d'Angers, qualifiait le moment d'"historique", soulignant que la structure n'avait pas été suscitée "par une situation de crise" mais par "une farouche volonté de décupler les énergies".