[./index.html]
[./actualite.html]
[./compagnie_genese.html]
[./compagnie_equipe.html]
[./spectacles.html]
[./galerie_photo.html]
[./presse_revue_generale.html]
[./presse_accueil.html]
[./contact.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Compagnie Sandrine Anglade
A propos de Monsieur de Pourceaugnac
Comédie Ballet de Molière / Lully
Mise en scène, Sandrine Anglade


Dans Monsieur de Pourceaugnac, sous le trait de la farce cynique, se donne à voir la société de faux- semblants dénoncée par Alceste. Tous les personnages qui jouent à construire une « pièce » autour du pauvre limousin, qui est plus un mélancolique qu’un vrai naïf, s’aventurent dans une course folle, où la dextérité du langage (dialecte, syntaxe, lexique scientifique…) s’exacerbe dans la musique qui ne prend jamais la forme d’"intermèdes". Le texte parlé, le chant, la musique, et la danse s’enchevêtrent toujours et participent de l’"inquiétante étrangeté" de la pièce. Mécanique infernale, toujours drôle et grinçante, à l’image d’un rêve ou d’un cauchemar.

Au-delà du prétexte à rire du bourgeois limousin débarquant à Paris, la pièce renvoie à un enjeu qui peut paraître simple : transformer un homme, Monsieur de Pourceaugnac en personnage d’une pièce qu’il ne connaît pas.

Mise en scène et en musique par Eraste, cette machination n’est qu’un jeu de faux-semblants, de miroirs, qui vise à réduire Monsieur de Pourceaugnac à l’hébétude puis au silence. Lui qui se disait être avocat en perd aussi ses mots. Cette mue langagière joue alors comme dévoilement, et révélation d’un autre soi-même.

Un acteur ? Nathalie Nerval

Le seul choix que fait Monsieur de Pourceaugnac, à qui pendant plus d’une heure est retiré son libre-arbitre, est de s’habiller en femme pour fuir ses assaillants.
Travestissement ? J’y ai vu plutôt un dévoilement : du personnage à la personne, je lis cette histoire  comme une métaphore de l’acteur tout comme la pièce joue du théâtre dans le théâtre. L’élégance aussi de la musique de Lully impose d’ouvrir les portes aux mystères de la nuit et de la poésie.
C’est pourquoi j’ai demandé à Nathalie Nerval, qui vient de fêter ses 80 ans, d’interpréter ce barbon naïf et mélancolique, qui devient femme.

Nathalie portera sur scène cette immense culture de théâtre qui est la sienne (de Vilar à la Comédie-Française), et fera chanter ce texte de Molière face à de jeunes artistes principalement étrangers, jouant donc de leur accent. Seule en costume d’époque, elle est le théâtre. Venant d’ailleurs, de Limoges, ou du XVIIe siècle, elle regarde, avec toute sa générosité, le monde comme il court, trop élégant pour être honnête.
Sandrine Anglade


Théâtre-musique, de la parole aux chants

Le spectacle est fondateur du projet artistique de la compagnie : interroger toutes les formes de théâtre (au sens large) qui touchent la musique, concevoir le texte théâtral comme une partition musicale, travailler le langage dans sa tension vers le chant, questionner cet « entre-deux » de la parole et du chant qui touche quelque part la question de l’origine du théâtre comme expression d’une identité pleine, fluide, et organique.
Cette recherche d’un théâtre-musique, « de la parole aux chants » se définit ainsi, comme l’illustre Monsieur de Pourceaugnac, dans la nécessité de s’ouvrir à des formes plurielles et hétérogènes : découvrir et faire travailler ensemble des savoirs différents. La troupe avec laquelle partager notre projet se conçoit donc comme protéiforme : acteurs, chanteurs, danseurs, acrobates … cette rencontre surgit comme nécessaire. Non pas une troupe « fourre- tout », mais un désir très rigoureux de débordement, de subversion des frontières.
                               

Distribution                                                                                                Rôle  
                                               

Nathalie Nerval                                                                                              Monsieur de Pourceaugnac
Athina Axiotou                                                                                               Nérine
Liviu Badiu                                                                                                      Sbrigani
Marco Horvat (baryton et  théorbe, guitare)                                               Paysan, médecin, exempt
Yuki Koike (violons)                                                                                        Apothicaire, médecin, suisse
Daniel Laloux                                                                                                  Oronte
Peter de Laurentiis (ténor)                                                                            Premier médecin en alternance, suisse
François Lazarevitch (flûtes, cornemuses)                                                    Paysan, médecin, suisse
Katia Medici                                                                                                   Julie
Thomas de Pierrefeu (viole de gambe)                                                         Paysan, médecin, suisse
Stéphanie Paulet (violon)                                                                               Paysan, médecin, suisse
Olga Pitarch (soprano)                                                                                   Lucette (en alternance)
Marc Proulx                                                                                                    Eraste
Atsushi Sakaï (viole de gambe)                                                                      Paysan, médecin, suisse
Kanako Sakaï (clavecin)                                                                                 Apothicaire, médecin, suisse
Chantal Santon (soprano)                                                                               Lucette (en alternance)
Reinhild Waldeck (harpe, viole de gambe, flûtes)                                        Paysan, médecin, suisse

Sandrine Anglade                                                                                           Mise en scène
Claude Chestier                                                                                               Scénographie et costumes
Eric Blosse                                                                                                       Lumières
Pascaline Verrier                                                                                            Collaboratrice artistique et mouvements
Sandrine Pitarque                                                                                           Assistante à la mise en scène

Equipe Technique

Gérard Massin, Lawrence Vigouroux                                                             Régisseur général de la tournée
Jérôme Jousseaume                                                                                        Régisseur lumières
Elisa Provin et Pilar Leroi                                                                              Habilleuses
Catherine Saint-Sever                                                                                    Maquilleuse


Réalisation des décors et des costumes par les Ateliers du Théâtre de l'Union - Centre Dramatique National du Limousin
            
Monsieur de Pourceaugnac
Comédie Ballet de Molière / Lully
Production déléguée Compagnie Sandrine Anglade
Coproduction Maison de la Culture de Loire-Atlantique, Opéra Théâtre de Limoges, Théâtre de l'Union - CDN de Limoges, Ferme de Villefavard en Limousin et Arcadi
Avec le soutien de la Ville de Vincennes, du Conseil général du Val- de-Marne et de la SPEDIDAM