[./index.html]
[./actualite.html]
[./compagnie_genese.html]
[./compagnie_equipe.html]
[./spectacles.html]
[./galerie_photo.html]
[./presse_revue_generale.html]
[./presse_accueil.html]
[./contact.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Compagnie Sandrine Anglade
La lettre du Ministère de la Culture Numéro 163, pages 20 et 21

Des enfants qui font leurs premiers pas sur scène. Même si ce sont tous des solistes de premier plan et si certains ont chanté Carmen à la Bastille, c’est la première fois qu’ils doivent vraiment « prendre la scène » : gérer le plateau tout seuls pendant 1h20 comme une véritable troupe d’individualités responsables. Jouer la comédie tout en s’accompagnant eux-mêmes avec leurs instruments : piano, violon, violoncelle, viole de gambe, harpe, mandoline, basson, guitare et flûtes. Trois équipes de sept enfants chacune, répartis par tranches d’âge (8-10, 9-10 et demi, 10- 12), cela donne trois spectacles forcément légèrement différents, mais pleins de la même énergie joyeuse : « On est trop contents ! Jamais personne n’a fait ça ! ». Et « ça », ça ne s’est pas fait d’un coup de baguette magique. Il a d’abord fallu auditionner 70 enfants pour en retenir 20 : « un choix dramatique » pour Sandrine Anglade qui, avec une grande douceur, a travaillé pendant un an avec chacun individuellement pour arriver à le faire parler juste et à abandonner la pudeur...

Lire l'article..
Le Figaro Numéro 20 028, décembre 2008

La chanson est la clef des spectacles pour enfants. A l'opéra de Lille, où Le Voyage de Pinocchio était joué il y a quelques semaines, le public entonnait les airs populaires italiens chantés par les enfants de la Maîtrise de Paris. C'est d'ailleurs une version très musicale et italienne des aventures de la marionnette humaine de Carlo Collodi que livre la compagnie Sandrine Anglade. Une adaptation bien plus respectueuse du texte original que du pantin de Disney. Sauf que l'histoire est à rebours : Pinocchio revient à l'âge adulte. Il y a du Roberto Bégnini dans ce spectacle à partir de 7 ans, plein d'enthousiasme, d'humour et de poésie...
  Lire l'article..
 
Le Berry républicain 15 novembre 2008

Le Voyage de Pinocchio, un petit enchantement. Le grand théâtre de la Maison de la Culture est tombé sous le charme de ce délicieux spectacle mis en scène par Sandrine Anglade. La jeune femme s'est emparée de l'histoire du célèbre pantin de bois inventé par Carlo Collodi pour la transformer en un joli conte sous la forme d'une comédie musicale où les enfants sont les vedettes aux côtés du violoniste Liviu Badiu. Un violoniste qui jeudi soir n'a pas joué autant que d'habitude pour la bonne raison qu'il était blessé aux mains. Mais en véritable artiste, il a joué son rôle sans faillir...
Lire l'article..
La voix du Nord Lille, 27-28 novembre 2008

Spectacle magique et salle comble hier à l'opéra de Lille. Le "Voyage de Pinocchio", mis en scène par Sandrine Anglade, a enchanté parents et enfants. Le récit de l'italien Carlo Collodi n'a pas pris une ride. Retour aux sources dans la Toscane de l'époque, région pauvre, ouvière, aux hivers très rudes. Sur scène, l'histoire se passe dans la "gueule du monstre", la baleine qui a avalé Pinocchio, des enfants et on le saura plus tard Gepetto (Daniel Laloux), le père créateur du pantin. Originalité du spectacle, Pinocchio est joué par un adulte, le violoniste Liviu Badiu. Il recherche son père mais brigands, fée, camarades et animaux de mauvais conseils, incarnés par sept enfants (remarquables!) du Conservatoire National de la région de Paris, l'emmèneront sur d'autres chemins...
Lire l'article..
Paris Mômes Numéro 59, décembre 2008

Les enfants de Pinocchio. Une version musicale originale. Pinocchio offre décidément matière à spectacle. Après la très belle création de Joël Pommerat, voici la représentation radicalement différente conçue par Sandrine Anglade. Un pari, puisque cette version est entièrement jouée et chantée par des jeunes enfants issus de la Maîtrise de Paris, qui tiennent sacrément la scène et s'accompagnent à l'occasion de leurs instruments. Exception faite de Pinocchio, endossé par le violoniste roumain Liviu Badiu, et de Gepetto (Daniel Laloux). Sandrine Anglade, qui a mené tout un travail de recherche sur des chants populaires italiens, a coupé dans l'oeuvre d'origine et entame son Voyage de Pinocchio avec l'épisode des brigands. Par un joli retournement des choses, quand à la fin le pantin devient un petit garçon, c'est un enfant qui reprend le rôle. De là à dir que c'est en redevenant un enfant que l'on devient grand...

Lire l'article..