[./index.html]
[./actualite.html]
[./compagnie_genese.html]
[./compagnie_equipe.html]
[./spectacles.html]
[./galerie_photo.html]
[./presse_revue_generale.html]
[./presse_accueil.html]
[./contact.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Compagnie Sandrine Anglade
Le monde de la musique Septembre 2008

Les yeux émerveillés des enfants. L'abbaye de Royaumont, l'un des hauts lieux de la musique en France, ouvre aussi ses portes au jeune public: moments d'émotion, d'écoute, comme une école de la vie. A dix heures du matin, le soleil de juillet innonde la bibliothèque de l'Abbaye de Royaumont. D'habitude, les étagères pleines de livres et de partitions, le silence, le calme invitent à la lecture et à la réflexion. Mais ce matin l'atmosphère est plutôt animée. Assis en carré autour d'elle, des enfants écoutent Sandrine Anglade qui a quitté pour une journée les répétitions du Médecin malgré lui qu'elle met en scène pour faire entrer ces visiteurs du centre de loisirs de Gonesse dans le monde de l'Opéra. Perdue dans un paysage bucolique où la banlieue francilienne devient presque sans transition la vraie campagne, l'abbaye de Royaumont est à quelques encablures de cette ville du Val d'Oise. Si les artistes viennent ici pour s'isoler et trouver des conditions de travail idéales, la Fondation Royaumont ne ferme pas pour autant ses portes à ses voisins. Outre sa saison musicale, Royaumont s'ouvre ainsi aux jeunes publics, ceux qui ne feraient jamais les quelques kilomètres entre leur lieu de résidence et cette abbaye cistercienne pour entendre de la musique médiévale ou une oeuvre contemporaine.

Lire la suite...

Concert Classic 20 septembre 2008

A la fois centre de la voix et Unité scénique, la Fondation Royaumont, nous a habitués à balayer tout l'ambitus de la création musicale, de la Renaissance au contemporain. Pour ce beau week-end ensoleillé du Patrimoine, elle avait programmé l'un des piliers de l'opéra français du XIXe siècle, un certain Gounod. Ce n'est pourtant ni Faust ni Mireille, ni même une pièce religieuse du pieu musicien qui était au menu, mais son opéra comique - un vrai de vrai d'après Molière - Le Médecin malgré lui.
En lever de rideau, le public a pu assister l'après-midi dans la belle Salle des charpentes à un florilège de mélodies du même Gounod chantées par une demi-douzaine des futurs interprètes du Médecin malgré lui. Des voix saines d'où émergent des natures et de vrais talents musicaux, de la mezzo Joëlle Charlier à la somptueuse basse Bertrand Bontoux en passant par le baryton remarquable Sacha Michon et le ténor Julien Picard. Mais c'est le soir que cette véritable troupe va littéralement s'éclater dans l'ancien réfectoire des moines. Quel appétit de jouer, même si l'exiguïté du lieu contraint cette première à se faire en version concert !
 
Lire la suite...

Opéra magazine Novembre 2008

C'est un enchantement de retrouver les hautes frondaisons du parc de Royaumont, où joue encore le soleil de la fin de l'été. Dans l'abbaye fondée par Blanche de Castille et Saint Louis s'est établie l' Unité scénique, en 2005. Après Mozart (La finla Giardiniera), Poliziano (La Fabula di Orfeo), et Lully (Cadmius et Hermione), voici Gounod. L'ancien réfectoire des moines offre sa double nef gothique, avec un grand pilier derrière lequel se cache à peine un des instrumentistes. Sous la direction concernée d'un Pascal Verrot très en verve, l'Orchestre de Picardie, en pleine forme, met en relief les mille et une richesses, insoupçonnées et variées, de cette partition si stimulante.


Res Musica 16 mai 2009

Environ tous les deux ans, la Fondation Royaumont, à l'occasion d'une de ses sessions de formation au métier de chanteur d'opéra, et l'Orchestre de Picardie s'associent pour réaliser et diffuser une production lyrique. En 2008/2009, il s'agit de l'opéra-bouffe Le médecin malgré lui de Gounod. Pourtant économe en moyens mais apte à voyager aisément, ce spectacle est une grande réussite. 
Sandrine Anglade a réalisé une mise en scène agile et spirituelle. Fouillant les perches hâbleuses que tendent les deux librettistes (Molière méritait mieux), elle a conçu un plateau nu sur lequel reposent deux objets : l'un, statique, est un lit miraculeux (on y dort peu, on y grimpe, on y roule et saute dessus ; puis, parce qu'il est surélevé, on s'y cache dans ses trappes situées sous le sommier) ; l'autre mobile, est une collection d'élégantes pergolas multifonctionnelles.

Lire la suite...