[./index.html]
[./actualites.html]
[./liste_spectacles_prod_deleguee.html]
[./liste_spectacles_autres_prod.html]
[./galerie_photo.html]
[./compagnie_genese.html]
[./compagnie_equipe.html]
[./presse_accueil.html]
[./contact.html]
[http://www.tricollectif.fr/la-scala/]
[Web Creator] [LMSOFT]
Compagnie Sandrine Anglade

NOS VOIX SINGULIERES


Chanter.

C’est l’expressivité d’une voix qui dit la vérité de soi.

Le chant, notre rapport au chant, raconte toujours quelque chose de notre histoire intime, se rattache à notre mémoire sensorielle, familiale, amoureuse…. Les chansons en ce sens savent rendre présents nos souvenirs ou les écrire, dans l’émotion d’un instant qu’est la musique.

Chanter.

C’est aussi ce qui nous lie, nous relie. Le chant,  les chansons contribuent à l’affirmation de l’identité d’une communauté et au renforcement de son unité.

Chants religieux, chants des supporters sportifs, hymne national, chants des manifestations de la rue ou chants du travail (en usine ou dans le monde rural comme ce fut le cas par le passé).  Ici, le chant, les chansons, étaient et sont encore parfois des espaces partagés de revendication, de critique, de manifestation d’une culture, voire le souvenir d’une civilisation… 

Le chant, les chansons sont dans nos vies des facteurs de construction sociale et individuelle.

Or la façon dont nous nous en emparons, dont nous les faisons vivre, à travers chacun de nous, exprime beaucoup un certain état de nos sociétés : le rapport à la musique, au chant, à la chanson, s’est certes généralisé mais fortement individualisé. Symptôme d’une société en mutation, tant sur le plan des valeurs collectives et revendicatives, que sur le plan de la pensée singulière et individuelle.

C’est  l’envie de mener une réflexion autour de ces questions du chant et de la chanson qui m’a conduite à m’entourer de collaborateurs qui chacun dans son domaine interroge le rapport de la voix, du texte, de la musique et leur place dans la société : Violaine Schwartz, auteure et chanteuse, Théo Ceccaldi, violoniste et compositeur, Estelle Meyer, comédienne et chanteuse.

Ensemble, nous voulons questionner notre relation au chant, aux chansons et leur évolution tant sur le plan intime que collectif.

Violaine Schwartz, à partir de collectes de paroles, et dans des échanges constants avec tous les collaborateurs (metteur en scène, compositeur et interprète) écrira un texte pour un personnage « traversé » par le chant et les chansons (Estelle Meyer) dialoguant avec quatre instrumentistes qui pourront eux aussi intervenir vocalement (Théo Ceccaldi, violon ; Valentin Ceccaldi, violoncelle ; Roberto Negro, piano ; Adrien Chennebault, percussions). Une rêverie, sous la forme d’un abécédaire, une pensée qui se déploie construite de témoignages, de chants, d’obsessions mélodiques. Un objet musical et théâtral où, dans une grande proximité de rapport avec le public, poindra en filigrane notre histoire, nos histoires, le mouvement du monde et l’envie de revenir toujours à un essentiel qui nous fait homme : chanter.

TRAME DU PROJET

(C)hanter est pensé comme rêverie polyphonique en forme d’abécédaire pour une chanteuse- comédienne et quatre instrumentistes.

Une femme est habitée par la mémoire du chant, des chansons, des bribes mélodiques, des témoignages et souvenirs sur ces questions de la perception et de l’usage du chant, de l’intime au collectif. Elle devient à son insu la dépositaire d’une histoire, d’un récit sur une forme de sociologie du chant.

Sandrine Anglade, avril 2018

  

CREATION 2019-2020

Conférence polyphonique pour 1 comédienne-chanteuse
et 4 instrumentistes

Avec
Estelle Meyer
et le
Quartet La Scala :
Théo Ceccaldi : violon
Roberto Negro : piano, piano préparé, claviers, électronique
Valentin Ceccaldi : violoncelle, horizoncelle
Adrien Chennebault : batterie, percusions, objets

Texte : Violaine Schwartz
Mise en scène : Sandrine Anglade
Direction musicale : Théo Ceccaldi

Scénographie : Mathias Baudry
Lumières : Caty Olive
Costumes : Cindy Lombardi

            
(C)hanter
titre provisoire
  
Dossier